english version

Procédures pour études de cancerogénicité et génotoxicité auprès de l'EMA

Suite à avis de médecins et scientifiques sur le besoin d'études de cancérogénicité, une procédure auprès de la CJUE (Cours de Justice de l'Union Européenne) a été engagée ainsi que des échanges cordiaux avec l'EMA (European Medical Agency) pour que ces études de sécurité soient menées, pour rassurer les vaccinés et le cas échéant, si malheur, les dépister, mitiger les conséquences et les protéger.
L'EMA a répondu avec divers arguments administrativo/légaux pour expliquer l'absence de ces études de cancérogénicité. Parmi ces arguments :
  1. Les ressources exigées pour ces études (Ça coûte cher et ça prend du temps)
  2. La limitation à une faible dose d'exposition liée à seulement 2 injections de ALC0159 pour le vaccin Pfizer, ce que l'EMA commente au conditionnel "le risque devrait être faible" avec 2 injections. Il n'y a pas de quantification de ce risque.
  3. Ils font état qu'ils n'ont pas été sensiblisés à des mécanismes biologiques soulevant des inquiétudes... .
Il a été répondu aux arguments de l'EMA
  1. En tenant compte des études de biodistribution, de l'ampleur de la campagne et de la cible qui se rajeunit
  2. Sur la multiplication des injections, avec du ALC 0159 augmentant le risque, compte tenu des contrats entre l'UE et Pfizer suggérant possiblement 7 injections jusqu'en 2023 face à un risque qui a été uniquement évalué à dire d'experts....
  3. Les mécanismes biologiques d'inquiétude amenant le besoin de ces études (Interférence de la spike avec les suppresseurs de tumeurs P53 et BRCA ainsi que les effets suggérés des vaccins sur l'immunité innée
  4. Rappelant les documents et situations où les études de cancérogénicité devraient être menées face à des traitements.
En réponse à l'EMA, il a été également demandé la grille d'évaluation des bénéfices / risques stratifiée par âge et état immunitaire (ayant eu le covid ou non) en tenant compte des données de sécurité à 6 mois, des connaissances acquises dans les Pays et des variants.

Ces échanges ont une vocation d'information à caractère scientifique, social et culturel dans un but de respect de tous et de transparence pour une meilleure sécurité et protection de tous, le cas échéant des vaccinés. Dans beaucoup de cas, des tumeurs dépistées précocement améliorent le pronostic.... Ces études donneraient des indications de dépistage.

Faites-vous votre propre avis : "Est-il préférable de faire ces études pour en savoir plus ou est-il préférable de ne pas les faire ?" Qu'en pensez-vous, qu'en pense votre entourage à la lecture de ces échanges?
Pour information, en parallèle saisine en cours de la CJUE

A SUIVRE ...